photovan-slowtravel
Actualité,  Guide

Slow travel : apprendre à voyager autrement !

Chez Carlili on défend une idée, ou plutôt une valeur, qui nous tient particulièrement à cœur : celle de savourer les minutes que comptent les heures et les heures que décomptent nos journées toujours trop courtes. En somme, nous prônons le lâcher-prise, le vivre ici et maintenant, le penser à demain aussi , bref l’idée est d’apprécier, de se délecter et de chérir tous ces petits riens qui forment un formidable tout.

Cela va donc avec un style de vie, une façon de penser, de faire, d’agir qui vont à l’encontre de nos to-do list à rallonge, des réunions à n’en plus finir et de la montagne de boulot qui ne s’arrête que lorsque s’allument les étoiles. Exténuant. Tout va très vite. Trop vite. Nous n’avons même plus le temps de déglutir que le repas est déjà fini. On a à peine cligné des yeux que nos enfants quittent la maison. On planifie nos vacances mais on a déjà hâte de renter pour pavaner. Nul.

Certes, on n’invente rien mais il nous semblait important d’accorder du temps à une façon de voyager qui reste encore marginale, le voyage tranquille ou Slow travel. Vous savez, ce type de voyage qui vous fait perdre toute notion du temps, où cellulaires et emploi du temps deviennent plus lourds à utiliser que faciles à porter, alourdissent les poches, abiment les doigts et paralysent toute ambition. Avec ce style de voyage on privilégie la qualité de l’expérience à la quantité d’activités minutieusement planifiées. À trop organiser, planifier ou ordonner ses vacances, où est la place pour la détente ?

Qu’est-ce que le slow travel ?

Le slow travel met l’accent sur la manière de voyager. Plus que la destination, c’est le voyage en lui-même qui prime. Sans contraintes de temps, juste en prenant le temps, en se laissant aller aux surprises et aux aléas du trajet. Tout ce qui se passe en chemin est tout aussi, voire plus excitant que la destination à atteindre.

Le slow travel redonne une place au déplacement dans le voyage. C’est là, toute la différence. À vélo, à pieds, en van aménagé ou en voiture, vous êtes le capitaine du navire et naviguez au gré de vos envies ou rencontres. Votre rapport au temps et à l’autre change. Vos attentions, aussi changent, vous observez (enfin) la nature, vous sentez ce que votre nez oubliait de sentir, vous ressentez la terre, le sable, l’eau. S’arrêter en bord de route et prendre une photo d’un clignement d’œil vous remplit de joie bien plus qu’un post insta. On se fout de nos followers, bien au contraire, on n’aspire qu’à être seul, loin de tous et de tout. On a envie de se perdre, de choisir le panneau inverse, celui qui ne dit rien mais qui peut emmener très loin. Ce n’est plus un déplacement mais un vrai changement qui s’opère.

Évidemment, le « slow travel » a ses déclinaisons, tout ce qui est lent est forcément meilleur ; la « slow food » (manger lentement), le « slow tourisme » (voyager patiemment) ou encore la « slow culture » (observer attentivement)… Un véritable « slow mouvement » est dynamiquement mis en avant. 

Nous vous laissons à votre organisation de grandes vacances, mais si vous étiez déjà dans cette optique ou si vous avez envie de tenter l’aventure du “voyager cool”, voici 3 petits tips qu’on vous souffle en toute amitié.

1er tips
Vivre comme un habitant.
Qu’est-ce que cela veut dire ?
Vivre comme un habitant revient à ne pas anticiper, accepter l’improvisation ou les situations d’urgence. Vivre comme un local c’est être loin des clichés, et des circuits tout faits. On peut appeler cela un tourisme d’impro, lorsqu’on adhère à cette façon d’envisager les vacances et donc le voyage. Car, en improvisant, on apprend à se débrouiller, à chasser le stress, à se laisser guider et donc à se sentir pleinement libre et vivant.

2ème tips
Vivre responsable.
Comment être responsable sans endosser de responsabilités ?
Penser et vivre responsable vont de pair avec le slow travel, pourquoi ?
Parce que vivre au rythme des locaux et donc prendre le temps, c’est choisir aussi un moyen de transport moins impactant pour l’environnement. La voiture est un meilleur moyen que l’avion lorsqu’on a décidé de vivre pleinement ses vacances loin de toutes contraintes. Cela va aussi jusqu’à manger et se loger local. Ou pourquoi pas, penser au camping…

3ème tips
Vivre autrement.
Comment allier mobilité avec belle nuit étoilée ?
Rien de plus simple. Une fois que vous avez loué votre voiture, que le thermos de boisson rafraichissante est en place, que la bibliothèque musicale et la glacière sont prêtes, vous pouvez rouler. Et à la nuit tombée, vous avez deux options : vous fiez à l’application park4night dont on vous parle ici ou alors suivre votre intuition et votre bonne étoile pour planter le décor de votre bivouac en pleine nature. Pour se faire il existe aussi deux bonnes applications ou sites internet où campeurs et voyageurs du monde partagent les bons sites de camping sauvage : iOverlander et freecampsites.net ou encore ici avec le site Michelin qui vous aiguille sur les good spots. 

Enfin, pour les aventuriers-bricoleurs qui veulent convertir leurs utilitaires en maison sur roues, voici quelques instagramers qui nous donnent des envies de tout lâcher pour vivre sur les routes.

Je veux voyager autrement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *